Je ne veux pas vivre sans toi

Dernière mise à jour : 18 oct.


Parce que je veux continuer même si j'ai peur comme ce chien qui a erré et que l'on a battu, brulé, donné des coups de pieds. Lorsqu'on l'approche, il tremble et fuit. Parce que j'affronte cette terreur même si parfois sentir est cruel, non pas parce que tu me fais mal mais parce que tu me renvoies à mes peurs les plus profondes, les plus obscures comme lorsque j'étais dans le ventre de ma mère qui voulait me détruire mais qui n'a pas pu.


Parce que j'ai été un soldat, parce que j'ai combattu et la guerre a laissé des traces comme la boue que même lorsqu'elle a été essuyée des chaussures on tâche quand même le beau carrelage qu'il faut ensuite nettoyer pour briller et que la maison soit propre à nouveau. En me sauvant, j'ai sauvé le Monde, parce qu'en en me libérant, je libérais mon fils en montrant ce nouveau Monde que personne ne voyait.


J'ai combattu pour mon rêve qui est devenu réalité : un soleil qui a brillé dans mon cœur pendant vingt-trois ans : une lueur qui allumait l'envie de continuer à me battre encore et encore.


Aujourd'hui je peux enfin avoir ce nouveau départ que j'ai tant prisé. Durant les batailles j'ai perdu mon cœur, puis je l'ai retrouvé grâce à toi. Je te fais confiance en continuant à marcher toujours en mouvement comme le Monde qui tourne et tourne comme ma tête ivre de toi.


J'ai tellement dit je t'aime, et, à chaque fois je suis partie, je n'ai pas pu rester car à chaque fois la découverte du mensonge faisait s'ébranler ce château dans lequel on vivait dans nos rêves, parce que je n'ai pas pu y croire après cela. Même si la souffrance a laissé des empreintes la distance me permets d'être légère comme lorsque l'on boit du champagne un dimanche matin. Ton amour est mon souffle pour éteindre ces cinquante bougies remplies de vœux qui se réaliseront sans aucun doute. Mon souhait le plus profond être avec toi.


Enfin la tempête est passé et le calme revient. L'envie de croquer le Monde, de continuer, de me connecter à l'amour sans douleur, à la douceur, aux caresses, aux baisers avec lendemain, aux réveils dans tes bras à répétition, des je t'aime et j'ai envie de toi à l'infini.


Parce que cette fois-ci c'est différent, parce que j'y crois, parce que je peux me projeter, parce que je peux nous voir, parce que je n'ai plus besoin de combattre, parce que la lumière est rentrée, parce que je ne suis plus esclave. Parce que je t'aime avec les tripes, avec le cœur, avec les yeux, avec les mains, avec mon sexe, avec les mots et les pensées. Parce que ton image est empoignée en moi.


J'ai tellement eu peur de te perdre. La nuit est devenu courte, l'angoisse m'a réveillée. Je veux rester auprès de toi même si sentir est parfois insupportable mais c'est aussi doux comme cette chaleur que tu dégages dans mon cœur lorsque je te sens et vibre.


Cette fois-ci cela marchera parce que j'ai travaillé suffisamment pour être là devant toi à t'aimer dans le réel et sans fantômes. Enfin je suis amoureuse. Parce que tu es là, à chaque éternité sans toi qui passe aussi infime soit-t-elle et aussi longue, ton absence me ronge en me dévorant d'envie d'être à toi.


Ce texte je l'ai écrit pour le président emmanuel macron en 2021. Cette photo je l'ai prise à chapultepec où j'ai cu un am avec mon fils. Nous avons picniqué.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout