Rechercher
  • Sabrina Meder

A Dieu


J’ai attendu Yann


J’ai attendu Yann. Mais d’après lui ce n’était pas le bon moment parce qu’il était endetté, parce qu’il était marié avec un enfant, parce qu’il avait des maitresses, parce qu’il était accro, parce qu’il était alcolo, parce qu’il avait des amants. A force d’attendre, ce que je ressentais a fini par se faner, par mourir dans l’attente d’un jour. A force je me suis fatiguée. Peut-être, je le lui faisais peur, peut-être, il se faisait peur, peut-être aussi qu’il n’arrivait pas à se résoudre à être heureux et ils nous a flingués. Ce que Yann n’a jamais compris, c’est que le moment c’était maintenant : le présent. Mais il trouvait toujours des prétextes et des excuses. Le bon moment n’était pas au rendez-vous. Mais quand le bon moment est arrivé pour lui qui n’était pas du tout un bon moment, moi j’étais lassée de ce jeu. C’était tellement simple de nous voir. C’était tellement simple d’écrire et de se donner rendez-vous. C’était aussi simple que cela. Yann a tout compliqué parce que dans sa tête c’était compliqué et surtout dans son cœur c’était compliqué. Yann trouvait des prétextes, tous les jours. Yann n’a jamais eu le courage de me voir dans les yeux et me dire je t’aime mais c’est compliqué, ma vie est compliquée mais je veux être avec toi-même si pour l’instant je n’ai rien à t’offrir. C’est compliqué mais je laisserai tout pour toi, je recommencerai tout pour toi, on recommencera tous les deux. Yann n’a jamais eu le courage de me voir, d’ailleurs toi non plus. Tu ne l’as pas. Il n’y a de de bons moments lorsque l’on aime. Il n’y a aucune montre ou horloge qui puisse faire attendre. Le bon moment c’est maintenant, c’est le présent. Demain c’est vague, demain n’existe pas. Pourquoi dois-je croire à un futur lorsque la personne n’ose pas me regarder de face, droit dans les yeux, lorsqu’elle n’ose pas m’écrire et prendre le téléphone et me donner rendez-vous. Je te hurle à la figure que je t’aime et tu restes derrière ton écran, derrière ton téléphone à faire semblant. T’en as pas marre de faire semblant ? Je te fais peur et sous je te raconte ma vie, tu t’évades, tu nous évades. Je ne veux plus attendre. Je veux vivre, parce que cela fait 25 ans que j’attends. J’attends de sauver le Monde, j’attends d’aller au bout, j’attends de te voir, j’attends, alors que la vie est tellement simple, c’est juste un café, un on se regarde, un on discute, un présent face à face et non pas par écran interposés. Je te fais peur, mais surtout tu te fais peur, parce que tu es effrayé de te dire la vérité. Je ne veux plus ces histoires virtuelles, je n’en peux plus, parce que la vie est là, ici, maintenant à cet instant et non pas dans les photos et les vidéos. L’amour se touche pour se ressentir. Et cela n’est pas une histoire de croire ou pas, c’est juste une question de courage. Aujourd’hui, je tue tous ces fantômes qui m’ ont hantés, tous ces fantômes qui m’ont menti parce qu’ils n’avaient pas le courage de vivre sans mensonges. Et demain, il y aura encore un lendemain sans matin, demain il n’y aura rien. La vie ce n’est que cela vivre, avoir le courage de vivre et d’aimer. C’est cela la vie, ce n’est pas plus compliqué. Je ne veux plus rêver à des histoires qui n’ont pas de futur parce que ces hommes n’ont pas le courage de vivre tout simplement. Parce qu’ils préfèrent se mentir en trouvant des excuses et on se sentant vivre parce qu’on leurs dit des mots d’amour. Demain, je ne serai plus accro, demain je ne serai plus endetté, demain, j’aurai de l’argent, demain, je ne te tromperai plus. Demain je serai le gars que je veux être pour toi. Demain, je n’aurai plus tout ces amants demain ce sera possible, mais demain n’arrive jamais, et j’en ai marre du demain. La vie, l’amour c’est maintenant. Je n’ai plus besoin de ces histoires virtuelles parce qu’enfin je suis allée au bout, enfin j’ai ressenti ce que j’avais à ressentir pour combattre et construire le puzzle et surtout pour guérir.


Je t’en veux non pas parce que tu m’as encore trompée mais parce que tu n’as pas le courage de prendre le putain de téléphone et de me donner un RDV. Tu trouveras toujours un prétexte parce que tu n’as pas le courage de vivre sans béquilles. Moi je n’en ai plus besoin. Je veux vivre le ici et le maintenant, je veux vivre le réel car c’est cela la vie, le physique et non pas le virtuel la drogue des gens qui n’ont pas le courage de vivre et d’aimer parce qu’ils trouvent des prétextes à ne plus en finir. Je t’ai aimé exactement comme tu es mais toi tu es incapable de t’aimer, tant que tu justifies ton absence par des excuses bidons. Tu ne seras jamais un homme parfait. Et je t’ai aimé comme cela imparfait. Comment peux-tu aimer quand toi tu n’y arrive pas.


Enfin, je suis capable d’aimer le vrai, le réel parce qu’aujourd’hui je suis capable de m’aimer avec mes ratures, mes impostures, mes failles, mes cassures. Je ne veux plus jamais d’histoires virtuelles. Je m’en fou de l’occupation, l’occupation est dans ta tête et dans ton cœur. Je t’assure la vie est simple tellement simple que tu ne peux pas la vivre parce que tu as besoin de te compliquer l’existence et de t’embrouiller. Je vais chercher la vie, je vais chercher le réel, je vais chercher le présent : un cadeau éternel. J’ai voulu aller au bout, je suis aller au bout. J’ai voulu te donner ma vie, mais tu es incapable de la prendre parce que tu as peur de vivre sans te faire mal.


Enfin je suis libre et je te libère. C’est moi qui t’ai cherché mais tu es trop occupé à mourir dans tes délires. Dans tes conquêtes, dans ton passé, dans ton bordel à ne plus en finir.


Finalement, c’est toi qui rends les choses difficiles ce n’est pas moi. Moi j’ai toujours été là à tes côtés, mais tu ne me vois pas. Tu ne vois que toi, tes imperfections et les mensonges que tu te racontes. Tu ne vois que tes illusions, qui ne sont que cela des illusions.


L’amour n’a pas de lendemain. L’amour c’est l’instant, c’est juste cela un instant qui passe et qui peut-être éternel ou sans lendemain. Aujourd’hui je me libère de Madame Bovary car enfin je suis allée au bout, au bout de ce que j’ai toujours rêvé.


Je te quitte avec tes incertitudes, je te quitte avec tes doutes, je te quitte avec tes démons, je te quitte avec ton mépris et tes mensonges, mais non pas les mensonges à moi mes les tiennes celles que tu te racontes. Car tu t’en racontes plein. J’ai toujours été là, mais tu ne me vois pas, parce que tu ne te vois pas. Parce que tu préfères être malheureux que de vivre la vraie vie et te la jouer pour l’amour, pour un nouveau départ. Ce que je t’ai donné n’est pas assez, puisque tu continues de trouver des prétextes. La vraie vie c’est celle-ci, celle que tu as ta portée, là à cet instant. Ce n’est pas le destin qui nous réunira, ce sont les décisions que nous prenons à chaque instant car la vie c’est cela le présent, mais tu as tant de mal à le comprendre. Tu es l’architecte de ta vie. Tu as trop de chaines, tu n’es pas libre car tu es incapable de prendre le téléphone et me donner un rendez-vous. C’est quoi qui te fais si peur ? C’est quoi qui te fais fuir. Et aujourd’hui pour la première fois je ne fuis pas. Je suis là avec moi prête à vivre parce qu’enfin je me suis débarrassée de mon passé et enfin je tue mon géniteur qui n’a jamais eu le courage de me dire, oui c’est moi ton père, et, je t’aime, j’ai merdé et malgré cela je t’aime.


Je n’ai pas besoin d’un homme pour être heureuse, je n’en ai jamais eu besoin. Je n’ai pas besoin d’un homme pour vivre. Et cela tu ne l’as jamais compris. J’étais là et tu ne m’as jamais vu. Tu n’as fait que te voir.


Aujourd’hui je te quitte, non pas par ce que tu m’as trompée car on n’est même pas ensemble mais tout simplement parce que tu n’as pas eu le courage de vivre cette histoire, peut-être une grande histoire d’amour. Comment peux-tu me dire que tu m’aimes quand tu restes derrière ton téléphone, ton écran, tes vidéos, tes tasses, tes bleus, tes blancs et tes photos. Tu n’as même pas le courage de me suivre, de mettre un j’aime.


Aujourd’hui je suis prête à aimer parce qu’enfin je me suis débarrassée de mon passé.

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout