20211014_102051.jpg

Mon père était un criminel, j'ai du payer sa facture durant vingt-cinq ans. En 1996 à Paris, je suis allée à la police dénoncer un crimeCe réseau de criminels a essayé de me tuer en plein Paris, et, c'est alors que je me suis sentie "une vierge" qui vient sauver le Monde de Sodhome et Gomorrhe.

 

J'ai été hospitalisée durant deux mois. Le personnel de l'hôpital m'a fait avorter sans mon consentement, j'en ai pris conscience lorsque j'ai dessiné deux arbres : un grand et un petit et qu'un patient m'a interrogée : C'est ton fils? C'est pourquoi mon oeuvre est remplie d'arbres dont beaucoup sont nus : l'hiver dans mon cœur pendant de nombreuses années. 

L'arbre c'est aussi le sexe de l'homme. Dans mon oeuvre, vous trouverez des lignes et des points : le début de l'humanité : la création de l'Homme. Dans cette planète

 tout est ligne ou creux. Avec la lecture du livre Les labyrinthes de la solitude d'Octavio Paz, j'ai compris qu'avec la ligne je pouvais me battre : mon épée. C'est alors que j'ai utilisé mon crayon et mon pinceau ainsi que la musique pour me défendre.

 

Cela fait 25 ans que je répare des cœurs. En côtoyant le Président mexicain Fox, catholique et à droite, par écrans interposés, j'ai compris l'importance du combat pour l'avortement, les homosexuels et les transsexuels. Ces combats me sont chers car j'ai avorté, puis mon père était homosexuel.

 

En 2006, je suis revenue à Paris. Dès mon entrée sur le territoire j'ai été repérée par ce réseau de criminels qui me l'a fait savoir. L'art et l'écriture ont été le moyen de ne pas mourir dans le silence et de communiquer avec les médias afin de me battre pour un Monde meilleur. J'ai compris qu'en changeant moi, je pouvais changer le Monde.

 

Cela fait 25 ans que je suis un soldat de Dieu underground. Je prone pour l'amour sans douleur et sans souffrance. Pour l'amour justeMon mantra : peace and love. C'est pourquoi, dans mes dessins et monotypes vous trouverez également des cœurs sous toutes leurs formes.

 

Ayant vu Jésus avec un cœur, puis sur sa croix, avec sa couronne d'épines, ses clous, le sang, j'ai décidé que mon symbole serait uniquement le cœur car il représente l'amour sans aucune ambiguïté et surtout sans douleur et souffrance.

Au cours de mes combats, j'ai pris conscience que suis une psychosorcière catholique. Je préfère être une sorcière qui combat des monstres au lieu d'une putain possédée par le diable. A plusieurs reprises au Mexique comme en France on m'a dit d'aller me faire exorciser à cause de mes idées et ma liberté. Je suis donc une guérisseuse qui soigne à travers mon art et mon écriture en provoquant des émotions chez vous. Si vous ressentez en me lisant ou en regardant mes oeuvres, le pari est réussi.

 

Vous trouverez également beaucoup de vitrines : j'ai vécu derrière celle-ci pendant 50 ans jusqu'à ce que j'ai réussi à la casser. Ma vie entière était une mensonge. Dans mon oeuvre il y a également beaucoup de graffitis. Pour moi c'est la rue. Autrefois, j'ai travaillé avec les enfants et adolescents de la rue : mes enfants, les enculés.

 

Durant vingt cinq ans j'ai vécu dans l'obscurité et le silence les plus absolus. L'étiquette de malade psychique était parfaite pour me faire taire car tout ce que je disais était soi-disant provoqué par la maladie. Mon entourage, ainsi que la société a préféré me voir malade et a utilisé l'étiquette pour ne pas assumer leurs mensonges, viols physiques, psychiques, maltraitance et abus. 

Depuis mon entrée sur le territoire en France en 2006, j'ai été harcelée par ce réseau de criminels. J'ai vécu pendant 15 ans sous des menaces de mort. Et j'ai subi du harcèlement.

 

Pendant 25 ans j'ai vécu dans plusieurs réalités : les mensonges des autres, la maladie et le monde des symboles. Dans mon quotidien, j'ai besoin de repères car autrement je me perds. La musique et l'art me servent de repères. 

Je me situe dans le monde des symboles où l'inconscient individuel s'exprime à travers les objets, les films, l'art etc. Cet inconscient communique avec les autres inconscients en devenant l'inconscient collectif.

 

Le fil conducteur de mon oeuvre picturale et de mon écriture sont l'amour. Dans mes différents livres, monotypes, images sur instagram et playlist intitulée  Liberté sur U-Tube, je raconte cette histoire.