20211014_102051.jpg

Mon père était un criminel. Je ne sais toujours pas qu'est-ce qu'il a fait, cependant j'ai du payer sa facture durant vingt-cinq ans. En 1996 à Paris, je suis allée à la police dénoncer un crime : des vidéos pédophiles tournées avec une fillette de sept ans que je gardais et qui m'a demandé de l'aide.

 

Ce réseau a essayé de me tuer en plein Paris. J'ai été hospitalisée durant deux mois. Durant ce séjour j'ai passé une grande partie de mon temps à peindre et à écrire. A l'hôpital on m'a fait avorter sans que je le sache, j'en ai pris conscience lorsque j'ai dessiné deux arbres : un grand et un petit et qu'un patient m'a interrogée : C'est ton fils?

Avec la grande dose de médicaments il était compliqué de donner la lumière. C'est pourquoi je peins, je dessine et je photographie des arbres sous toutes leurs formes et couleurs.

 L'arbre c'est aussi le sexe de l'homme. Des lignes qui se répètent et se reproduisent. En sortant de l'hôpital, je suis rentrée à Mexico où je suis restée alitée et j'ai fait la fête durant 1 an. Durant ce séjour, je me suis battue pour légaliser l'avortement dans cette ville. Ce combat me tenait à cœur à cause de mon histoire et de qui j'avais découvert que j'étais.

Dans mon oeuvre, vous trouverez des lignes et des points : le début de l'humanité : la création de l'Homme. Dans cette planète tout est ligne ou creux : point. Depuis 2001, j'ai été harcelée par un chanteur espagnol très célèbre. Tout ce qui était phallique, il l'injectait de sens sexuel. Lors de la lecture du livre Les labyrinthes de la solitude d'Octavio Paz, j'ai compris qu'avec la ligne je pouvais me battre : mon épée. C'est alors que j'ai commencé à écrire et à peindre puis à sauver le Monde en me sauvant. La création (monotypes, dessins, peinture, photo) et la musique ont été mes armes fatales.

 

Le Président Fox du Mexique m'avait confié cette mission. Durant son sexennat il m'a préparé à travers la matrix : la télé où il introduisait des photos de moi. Cela fait 25 ans que j'écoute des histoires de viols et je répare des cœurs en faisant comprendre à la personne violée qu'elle n'a pas à se sentir culpable car elle n'a rien provoqué, et que si elle a sentie du plaisir ce n'est pas parce que le violeur l'a violée, mais parce que celui-ci a touché à ses parties intimes. Ces sur ces deux points que le pédophile tient l'enfant. Je me bats également pour que les homosexuels et les transsexuels puissent vivre leur vie à la lumière du jour, qu'ils puissent adopter et jouir sans faute ou culpabilité. Je rêve d'un monde où ils peuvent s'afficher sans subir de la discrimination. L'homosexualité ainsi que la transsexualité ne sont pas une maladie. Ce n'est parce que l'on est violé que l'on devient homosexuel ou pédophile. Cependant les enfants on ne les touche pas, pour la simple raison qu'ils n'ont ni le bagage affectif, ni émotionnel, ni physique, ni intellectuel pour dire oui. J'ai donc aussi combattu l'église catholique.

 

En 2006, je suis revenue à Paris. Dès mon entrée sur le territoire j'ai été repérée par ce réseau qui me l'a fait savoir. Je me suis battue contre eux pour survivre. Mon art et mon écriture ont été le moyen de ne pas mourir dans le silence et de communiquer avec les médias afin de me battre pour un Monde meilleur Cela fait 25 ans que je suis un soldat de Dieu underground. Je prone pour l'amour sans douleur et sans souffrance. Pour l'amour juste. Aimer avec justesse s'apprend en travaillant sur soi soi-même, et surtout en s'aimant. Mon mantra : peace and love. C'est pourquoi, dans mes dessins et monotypes vous trouverez également des cœurs sous toutes ses formes. Ayant vu Jésus sur sa croix souffrant à cause de sa crucifixion, avec sa couronne d'épines, ses clous, le sang, j'ai décidé que mon symbole serait le cœur car il représente l'amour pur sans aucune ambiguïté et surtout sans douleur et souffrance au contraire de la croix. Il m'est arrivé de voir Jésus avec un cœur. J'ai été une enfant et un adulte très aimée. Trop et avec beaucoup de douleur et de souffrance car j'ai été maltraitée physiquement, psychologiquement, puis violée.

Au cours de mes combats, j'ai pris conscience que suis une psychosorcière catholique. Je préfère être une sorcière qui combat des monstres au lieu d'une putain possédée par le diable. A plusieurs reprises au Mexique comme en France on m'a dit d'aller me faire exorciser à cause de mes combats : mes idées et ma liberté. Je fréquente des prêtres et des sœurs. Je fais des retraites afin d'avoir une vie spirituelle riche et un cœur vierge qui pardonne. Pour ce cœur je me suis autorisée à ressentir toutes les émotions denses et enfouies de mon passé que j'anesthésiais à travers la drogue, l'alcool et la maladie. Ces émotions étaient comme un théâtre d'ombres chinoises qui reflétaient celle-ci.

 

Vous trouverez également beaucoup de vitrines : j'ai vécu derrière celle-ci pendant 50 ans jusqu'à ce que je l'ai cassée. J'étais comme ces déesses indiennes vivantes. Dans mon oeuvre il y a également beaucoup de graffitis. Pour moi c'est la rue. Les enfants et adultes dans la rue. C'est grâce à mon livre des enfants de la rue de México, mes enfants, que j'ai été repérée par la Président Fox. La caractéristique de ces enfants c'est qu'ils sont violés, abusés et maltraités.

 

J'ai vécu dans l'obscurité et le silence les plus absolus durant vingt-cinq ans. L'étiquette de malade psychique était parfaite pour me faire taire car tout ce que je disais était soi-disant provoqué par la maladie. Mon entourage dans le déni a préféré me voir malade et utiliser l'étiquette pour ne pas assumer leurs erreurs, mensonges, viols physiques, psychiques, maltraitance et abus. 

Depuis mon entrée sur le territoire en France en 2006, j'ai été harcelée par ce réseau de pédophiles russe. J'ai vécu pendant 15 ans sous des menaces de mort. Durant plusieurs années j'ai eu droit au sosie du pédophile que j'ai dénoncé. Où j'allais il y était et me regardait droit dans les yeux.

 

Pendant plusieurs années le journaliste Yann Barthes "m'a aidée", puis beaucoup utilisée. Il m'a donné des repères et m'a répété que je n'étais pas malade. Cependant, durant les années où nous nous sommes côtoyés à travers la télé, il voyait comment on essayez de me détruire, et malgré cela il n'intervenait pas. D'autre part, il lisait et écoutait tout ce que je disais et écrivais afin d'avoir du pouvoir à travers moi. Derrière ce journaliste, il y a free et le Monde entre autres. A travers mon histoire, les médias ont retiré Trump du pouvoir. Pendant 25 ans j'ai vécu dans plusieurs réalités : les mensonges des autres, la maladie et le monde des symboles. C'est pourquoi j'ai besoin de repères car autrement je me perds. La musique et l'art sont mes repères. Après, j'ai eu la chance que d'autres journalistes ont appris ce travail que je faisais avec M. Barthes, puis petit à petit j'ai commencé à avoir des gens qui m'ont suivie et écoutée jusqu'au jour où j'ai fait le buzz grâce à un chanteur français qui m'a aidée. 

 

En décembre 2020, le Président de la République Emmanuel Macron m'a demandé de servir ma patrie. Durant sept mois j'ai répondu à toutes ses questions à travers google, BFM TV, le #macron #emmanuelmacron sur Instagram. Grâce à lui, j'ai pu terminer de guérir car j'ai pu continuer à ressentir toutes ces émotions denses à travers la parole que j'enregistrais sur mon téléphone portable et en ressentant des émotions lorsque M. Macron me racontait sa vie intime. M. Macron voulait un enfant et se marier avec moi. Ainsi durant huit mois il m'a fait miroiter notre mariage : la robe, les invités, la bague... Après qu'il a eu toute l'information dont il avait besoin, il m'a proposé de laisser tomber mes livres où je raconte mon histoire afin de m'occuper de notre future famille. Evidemment j'ai répondu non. Je ne me suis pas battue pendant 25 ans pour tout laisser tomber. Lui tenant tête il a du cracher le morceau : le financement de sa campagne par ce réseau de pédophile russe qui me harcèle.

 

Enfin la lumière rentre, J'ai pu pardonner en me débarrassant de toute la douleur, de la souffrance, du chagrin et du désarroi de mon passé en laissant place à l'amour, l'abondance et à la vie tout en ayant conscience sur comment et pourquoi je génère mon auto-réalité. Je ne subis plus ma vie. Je suis actrice de celle-ci.

 

Je me situe dans le monde des symboles où l'inconscient individuel s'exprime à travers l'inconscient collectif. Pour être près de Dieu, j'écoute mon inconscient. Pour moi Dieu est amour aussi simple que cela. Quand deux personnes s'aiment Dieu est présent. Enfin j'ai ce nouveau départ tant rêvé. Le fil conducteur de mon oeuvre picturale et de mon écriture sont l'amour. Dans mes différents livres, monotypes, images sur instagram et playlists intitulée  Liberté sur U-Tube, je raconte cette histoire.